Ce qui nous relie

Thérapie stratégique et physique quantique

Un nouvel ouvrage, à paraître

le 15 juillet 2020

Quel rapport y-a-t-il entre la physique quantique et la thérapie brève stratégique ? Ces deux disciplines, apparemment si distantes, laissent entrevoir une même vision du monde. Quand on pratique la thérapie brève depuis de longues années, on se rend compte d’une chose essentielle : Il ne sert à rien d’étudier isolément le comportement d’un patient. Celui-ci n’a de sens que dans un environnement incluant d’autres personnes (famille, collègues, etc.) reliées les unes aux autres et s’influencent mutuellement. Le thérapeute, qui lui est en lien avec le patient, se retrouve ainsi, par-delà, relié à tout cet environnement social en interaction et en interdépendance. De leur côté, les physiciens ont étudié les plus petites particules de matière en tentant de les isoler. Donc en supprimant toute interaction. Ils rencontrèrent alors ce qu’ils nommèrent : « le problème de la mesure ». Selon le choix du dispositif d’observation utilisé, donc selon le choix de l’observateur, la particule change de comportement : tantôt elle se conduit comme un corpuscule, tantôt comme une onde. Les physiciens durent admettre qu’ils étaient inexorablement reliés aux minuscules particules qu’ils s’efforçaient d’isoler. La relation – leur relation à l’objet observé – s’était invitée dans leurs travaux. Ainsi, par des voies bien différentes, physiciens et thérapeutes stratégiques furent-ils amenés à interroger les fondamentaux de notre monde de pensée occidental. S’il faut renoncer à l’objectivité, voire à la causalité, que pouvons-nous connaître du monde ? Comment penser notre relation au monde (donc aussi aux autres) ? Telles sont finalement les questions qui se sont imposées à ces deux disciplines. Ces questions en entraînent une autre, bien plus vaste encore, à savoir : qu’est-ce que l’esprit ? Ce livre propose une vision du monde fondée sur la relation. Il nous invite à nous percevoir à l’intérieur du monde et non extérieur à lui. Il nous propose une réflexion sur l’art de résoudre nos problèmes psychologiques et sur celui « d’habiter le monde ».